Bilan des 2 ans

Déjà deux ans !!!! Pour mémoire, je suis un cavalier débutant quadra. Pour les plus jeunes, ça veut dire que j'ai la quarantaine ! Eh oui, il est possible de commencer l'équitation à cet age là, mais également beaucoup plus tard, tout en prenant du plaisir !!!!

 

Nota : Il ne faut certainement pas prendre les propos qui suivent pour des faits équestres avérés, je ne fait que retranscrire des sentiments, des sensations liés à mon niveau actuel. Il est probable qu'il doit y avoir quelques certitudes infondées dans mes propos...L'avenir me le dira !

Plaisir 

J'ai l'impression que je suis de plus en plus drogué, car je réflechis de plus en plus à ce que je pourrais faire pour m'améliorer,  pour comprendre...Rien ne me rebute...

 

Même si l'assiette est toujours un sujet d'intérêt (je crois d'ailleurs que c'est la préoccupation d'une vie), je ne suis plus dans la même logique que la première année. Au bout de deux ans, comme les déséquilibres sont extrêmement rares, cela permet de se concentrer sur d'autres choses que le simple fait de tenir en selle...

 

Plusieurs choses ont occupé mon esprit et l'occupent encore :

- Pourquoi mon cheval coupe les virages ?

- Comment faire un petit galop ?

- Pourquoi la transition galop vers trot est elle si pénible ?

- Est ce que la pression dans les rênes est suffisante ?

- Pourquoi ai-je l'impression d'être penché en avant à l'équilibre ?

- Pourquoi mes jambes sont si peu efficaces?

- Comment mettre en main ?

- ...

 

En fait, toutes ces questions ont des dépendances fortes entre elles...Ainsi répondre à une de ces questions m'a permis de trouver des réponses aux autres, le petit galop est l'exemple le plus marquant...

Le cheval coupe les virages

Je pense que c'est un problème auquel j'ai été confronté depuis quasiment le premier cours...Le cheval étant partisan du moindre effort, il essaye forcément de couper les virages : Il se couche sur l'intérieur...

Pendant longtemps, j'ai repoussé avec la jambe intérieure avec plus ou moins de succès, après j'ai positionné la cravache dans la main intérieure, avec également plus ou moins de succès, enfin j'ai utilisé la rêne d'appui en décalant également la main extérieure avec beaucoup plus de succès...Le principe du "couloir des rênes" devient alors lumineux et efficace...

 

Ce qui est paradoxal c'est qu'on demande au cavalier débutant de faire une rêne d'ouverture...Comment faire une rêne d'appui alors qu'on fait une rêne d'ouverture ? Ben, c'est simple, il suffit d'arrêter de faire une rêne d'ouverture...C'est permis !

Par ailleurs, tout dépend des chevaux, sur certains, une simple touchette de la jambe intérieure suffit à repousser le cheval vers l'extérieur, pour d'autres, il faut coupler la jambe, la cravache, les rênes pour obtenir un résultat probant. Et histoire de simplifier le tout, un cheval peut être très compréhensif d'un coté et bloqué de l'autre...C'est juste une histoire d'adaptation...

Note 2014 : Il faut vraiment insister sur la jambe intérieure et ne pas oublier de décoller la rêne extérieure tout en pesant sur la fesse extérieure.

Le petit galop

La question du petit galop m'est arrivée qu'en cours de la première année...On s'aperçoit que le cheval d'un cavalier plus "capé" va plus lentement et que tout parait plus simple, alors que son propre cheval va beaucoup plus vite...

Au début, j'ai tiré sur les rênes (c'est mal !), le cheval s'arrête ou passe au trot. Après j'ai maintenu le galop en donnant de la jambe tout en tirant sur les rênes (c'est toujours mal), le cheval accélère et/ou s'arrête plus brutalement...Après j'ai moins tiré, me suis redressé et donné moins de jambe tout en tentant de m'assouplir...

Petit à petit, j'ai mieux ressenti le cheval, son rythme, ses raideurs ainsi que les miennes...Petit à petit j'ai senti un mouvement que j'ai traduit par une plus grande sensation de légèreté du cheval, un mouvement plus vertical...Le cheval est tout simplement plus en équilibre, il utilise plus ses postérieurs (ce qui génère la sensation verticale ?)...Donc le cavalier est plus à même de contrôler ses mouvements !

Note 2014 : Il faut vraiment penser à s'alléger en se grandissant et en se redressant sans oublier de marquer le galop avec la jambe intérieure tout en gardant de la tension dans la rêne extérieure.

Transition Galop vers trot

C'est également un problème auquel j'ai été confronté dès les premiers galops...Pendant très longtemps, je me suis fait secouer comme un sac à patate pendant 4, 5 voire 6 ou 7 foulées avant un trot plus lent...Comme je me fais secouer je me raidis, comme je me raidis je me fais encore plus secouer...

La solution est arrivée presque du jour au lendemain grâce à un cheval particulièrement réactif au fait que le cavalier se redresse...Avec lui, je me redresse en restant dynamique et souple et j'obtiens le petit galop...A cette allure, le cheval est équilibré donc peut changer très facilement et très rapidement d'allure.

Petit à petit, j'ai ressenti cette sensation de "savoir", avant de demander la transition, si le cheval allait obéir immédiatement. (Bon je n'arrive pas encore à ressentir ça sur tous les chevaux). Quand je ressens cette sensation, la transition descendante est vraiment aisée, en revanche, si je ne ressens pas le truc, cela reste pénible.

Note 2014 : Il faut vraiment préparer la transition à l'avance et ne pas oublier de "jamber" pour améliorer l'engagement. Si le cheval est en place et qu'il engage, il sera très simple d'avoir une transition propre et rapide.

Tension des rênes

Encore un problème auquel j'ai été confronté dès le premier cours...Est ce que je tire trop ? Pas assez ?

La encore, c'est la compréhension du petit galop qui m'a éclairé, couplé à une main plus fixe grace à l'assiette...

La main est très importante dans le petit galop, trop de main et c'est foutu, pas assez et c'est foutu...

Une fois qu'on arrive à rééquilibrer le cheval (on se redresse, on jambe), celui-ci ne pèse plus sur les mors et il est plus facile de ressentir la pression nécessaire (différente pour chaque cheval).

Petit à petit, j'ai ressenti le poids du cheval dans les mains...La encore, changer souvent de monture permet de relativiser la pression nécessaire, différente pour chaque cheval. En fait, je ressens une pression anormale du cheval qui me dit que quelquechose ne va pas...généralement, si l'on n'y prête pas attention, cette pression va augmenter de plus en plus...La plupart du temps, une remontée rapide des rênes sur l'encolure ou un rééquilibrage suffisent pour faire cesser la pression.

Note 2014 : Pas si facile que ça, la tension doit être constante...c'est encore un sujet qui me tracasse.

Penché à l'équilibre

Un problème réccurent chez tous les débutants à l'équilibre...En fait c'est tout simplement un problème d'équilibre tout court...

Curieuseument, ma position s'est verticalisée après plusieurs mise en selle avec étrier...J'avais l'impression de forcer la position de mes jambes, au sens ou je n'étais pas détendu...

Mettre plus de poids dans les talons tout en reculant les jambes (talon plus sous le centre de gravité), m'a permis d'avoir plus de contact des mollets mais également de ne plus "forcer" une position assise. Ce changement de position des jambes a également permis un meilleur équilibre donc plus de verticalité...

Il m'apparait très clair que la verticalité est liée au bas de jambe...

Note 2014 : Poids dans les talons, jambes au contact sont la solution.

Jambes

Même si mes jambes ne sont pas encore efficaces, je me suis amélioré...Notamment en gardant en tête qu'une sollicitation doit être rapide et qu'une sollicitation permanente lasse le cheval...

Cela dit, à défaut de jambe, le cavalier à toujours la possibilité d'utiliser sa cravache...

Note 2014 : A travailler dès la détente, le cheval DOIT répondre aux jambes...S'il ne répond pas : leçon de jambe. On demande des jambes, de plus en plus fort puis cravache plus jambes de plus en plus fort. Un réveil pourra être nécessaire toutes les 10 minutes...

Mise en main

C'est une chose qui me tracasse, mais que je fini par oublier en cours de reprise (c'est un tort...)...Pendant la détente, j'assoupli le cheval, j'alterne les cercle rêne d'appui, rêne d'ouverture, je maintiens les mains plus basses...Le cheval se met en place. J'ai souvent remarqué qu'après quelques tours de galop, tout était plus simple...

Par contre, la mise en main n'est pas un réflexe et petit à petit, le cheval revient sur une position plus ouverte...

Nécessitant alors de jouer avec les mors en volte (à gauche, à droite)...

Il y a deux chevaux que j'ai pu monter qui se mettent naturellement en place et qui gardent la position...Pour la grande majorité des autres, ils adoptent rapidement une attidude plus ouverte (tête se relève)...

J'essaye de plus en plus souvent de faire une descente de main (mains basses, rênes plus souples) pour engager le cheval à s'étirer, chose qu'ils comprennent d'ailleurs rapidement....

Note 2014 : Mais il faut vraiment se concentrer sur le mouvement en avant et les incurvations...Le cheval se met tout seul en place, il n'y a plus qu'à reprendre petit à petit les rênes. J'y travaille encore...

Défauts

Mes défauts sont très très nombreux (déjà rien que ceux dont j'ai conscience !), mais je pense que le défaut le plus important est incontestablement ma raideur générale...Je suis pourtant plutôt souple de nature, malgré tout je bloque très facilement les muscles du haut du corps dès que quelquechose n'évolue pas exactement comme prévu...

J'ai beau rouler des épaules régulièrement, laisser tomber mes bras, etc...Je reste assez raide à cheval (même si je ne m'en aperçois pas...).

J'ai quand même l'impression de m'améliorer, mais la plupart des critiques de mes profs tournent autour de cette raideur des épaules (ce qui sous entend clairement que ma main est pourrie)...

Note 2014 : Un défaut récurrent qu'il est vraiment difficile de corriger. Penser à reculer le dos permet de corriger la chose...

C'est quoi la suite ?

Il me reste tellement de choses à appréhender...

M'assouplir, me détendre encore plus...

Mieux comprendre les blocages pour mieux vaincre les résistances...

Mieux comprendre la mise en main...

Mieux comprendre le cheval...

 

Evoluer vers une équitation plus fine et plus légère...Je suis sans nul doute encore un homme de cromagnon équestre !

Avec comme massue une main sans fixité liée à une assiette pitoyable et une raideur importante du haut du corps ! (Euh, c'est le moment de dire, mais non, t'es pas si nul ! )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :