Bilan de 9 mois d'équitation

Déjà une année scolaire de cours ! Le temps est passé si vite !

J'attends toujours avec autant de plaisir mes reprises, j'éprouve même une vraie dépendance, pour rien au monde je ne voudrais rater la reprise ! Si ça, ce n'est pas un bilan positif, je ne sais pas ce que je pourrais dire de plus.

 

Nota : Pour éviter toute confusion, je suis un cavalier adulte débutant d'une petite quarantaine d'années.

Notion la plus importante

La notion à intégrer la plus importante est sans nul doute la détente...Ne pas se crisper, se détendre, se détendre...se détendre...aucun muscle ne doit être tendu (je caricature !)...Après 9 mois, c'est sans aucun doute le plus gros apprentissage. Cette détente générale impacte tout et plus particulièrement l'assiette qui est le point d'entrée fondamental de l'équitation.

Pour être honnête, il m'arrive régulièrement de me crisper ce qui impacte immédiatement l'assiette...

 

Détente = bonne assiette = indépendance des aides = facilité pour se faire comprendre du cheval.

 

J'ai bien dit "se faire comprendre" et non pas "se faire obéir". Ca permet de beaucoup relativiser les choses...Le cheval n'obéit que s'il comprend ce que le cavalier lui demande, s'il n'obéit pas (J'entends pour des chevaux dressés !!!), c'est que le cavalier n'est pas clair/précis dans son ordre...

C'est d'ailleurs très frustrant de demander quelquechose et de ne pas avoir la réaction attendue !

Note 2014 : Se détendre...

Après 9 mois

Je trotte à juste (en regardant l'épaule) : enlevé, assis, en équilibre.

Je commence à bien ressentir le diagonal qui va se poser au pas...(Si le bassin bouge vers la droite, le cheval pose son diagonal gauche)

 

Je galope à juste (en regardant l'épaule) : assis et en équilibre.

Sur certains chevaux, je commence à ressentir (donc sans regarder) quand je suis à faux dans les tournants,  mais pas en ligne droite...Dans les tournants à faux, le déplacement est très heurté, il n'y a aucune souplesse...

Je pense très rarement au pied sur lequel je vais devoir galoper après un obstacle.

 

D'une manière générale j'arrive (a peu près) à maîtriser les 3 allures : allonger, ralentir, s'arrêter ...(Sans tirer comme une brute sur les rênes)

 

Je saute jusqu'à 4-5 petits obstacles (croisés, verticaux, oxer) qui se succèdent en gérant (plus ou moins) la courbe d'approche, ce qui permet de viser le centre des obstacles.

Difficultés

Les transitions montantes (pas->trot, pas->galop, trot->galop) ne posent pas de problèmes particuliers. Si le cheval accélère le trot sans vouloir passer au galop, ce n'est pas toujours très confortable mais ça se gère (retour au pas ou renouvellement des aides de manière plus énergique).

Note 2014 : Ne pas s'inquiéter, ça viendra plus tard...

La transition descendante galop vers trot (dans la selle) est un peu plus problématique, j'éprouve quelques difficultés à passer du rythme du galop à celui du trot. Les deux ou trois premières foulées ressemblent plus au transport d'un sac de patate qu'au transport d'un cavalier digne de ce nom.

Note 2014 : Ne pas s'inquiéter, ça viendra plus tard...Il faut mieux préparer la transition en utilisant plus ses jambes...

J'essaye de faire des voltes/cercles réguliers sans grand succès. Le contrôle précis d'une courbe est très approximatif pour ne pas dire aléatoire. Le dosage de la rêne d'ouverture, de la rêne d'appui, de la jambe intérieure, de la jambe isolée, de mes épaules/bassins sont loin d'être aisés. Comprendre le principe de l'équilibre du cheval et son incurvation n'est pas très complexe, en revanche réussir à les contrôler est autrement plus difficile !

Je pense que pour s'en rendre compte il suffit simplement de tenter de faire un cercle sur une surface tendre, peu importe le diamètre et l'allure, mais rien que le pas est représentatif, et de vérifier que :

 - le cercle est rond (Aïe !)

 - les traces des sabots se confondent, les postérieurs ne sont ni à l'intérieur, ni à l'extérieur du cercle (Aïe, aïe,...)

Pour ma part, je suis très très loin de contrôler le truc... De manière très schématique :

 - Si le cheval coupe le cercle vers l'intérieur, je le repousse vers l'extérieur avec la jambe intérieure (mais c'est déjà trop tard !).

 - Si le cheval augmente le cercle (incurvation sans tourner), je le repousse vers l'intérieur avec la rêne d'appui.

Pour le contrôle du postérieur, je ne contrôle pas grand chose, je me bats déjà avec les épaules pour me concentrer sur les hanches. (c'est sans doute une erreur, mais une chose après l'autre !)

Note 2014 : Apprendre à doser prend un peu de temps...J'y travaille encore.

Derniers Progrès

Hormis l'assiette, qui me semble t'il s'améliore quasiment à chaque reprise, j'ai ressenti et demandé des changements de pied au galop (sans repasser par le trot ou le pas) en un endroit plus ou moins précis. (Mais cela reste très incertain)

Je fais très très attention à mes mains, j'essaye de maintenir une tension homogène de mes rênes, et SURTOUT j'essaye de ne pas tirer pour ralentir !

 

Je commence à comprendre :

 - l'équilibre longitudinal du cheval. C'est un point hyper important pour contrôler l'allure notamment pour accélérer, ralentir, s'arrêter.

 - l'importance de la rêne d'appui et de la jambe intérieure, la notion de "canalisation" commence à me parler !

 - qu'un mouvement s'entretien...Les jambes/assiettes sont là pour ça !

 - que moins on dérange le cheval, mieux il se débrouille...

Note 2014 : La dernière affirmation est une réalité qu'il ne faut pas oublier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :