Equilibre et engagement

Publié le par Greg

C'est amusant la manière dont la perception des choses évolue, à cheval comme ailleurs !

L'équilibre me parait un bon exemple. Au début un cheval sur les épaules n'est qu'un vague concept (après aussi ;) )...

En gros :

  • S'il se précipite vers l'avant, c'est qu'il ne veut pas m'obéir
  • Si je me fais secouer comme un sac à patate en transition descendante, c'est que mon assiette est défaillante et/ou ma musculature insuffisante.
  • S'il ne part pas au galop, c'est que je n'ai pas donné assez de jambes.

Forcément, on cherche des solutions...

  • S'il se précipite vers l'avant : Simple, je tire sur les rênes...(en lui offrant un point d'appui dont il va immédiatement profiter et accélérer)
  • Si je me fais secouer comme un sac à patate en transition descendante : simple, je tire sur les rênes (il va se redresser en creusant son dos et accélérer de douleur)
  • S'il ne part pas au galop : Simple, il suffit de cravacher et de lui labourer les côtes (il fini par comprendre de lui même...).

Puis petit à petit...

  • S'il se précipite vers l'avant : Simple, je me redresse et prend et relache (plus de point d'appui, il va décélérer lentement)
  • Si je me fais secouer comme un sac à patate en transition descendante : simple, je me redresse et prend et relache (il creuse moins son dos et décelère plus rapidement)
  • S'il ne part pas au galop : je prépare plus finement mes aides, je lui laboure les cotes et je le cravache.

Puis encore plus tard...

  • S'il se précipite vers l'avant : C'est qu'il n'est pas équilibré, je me redresse, je lui demande d'engager ses postérieurs et prend et relâche.
  • Si je me fais secouer comme un sac à patate en transition descendante : c'est qu'il n'est pas du tout équilibré, j'applique la méthode précédente.
  • S'il ne part pas au galop : c'est qu'il n'est pas équilibré, j'applique la méthode précédente.

Au finish, cela reste pourtant simple...Si le cheval fait une bonne transition montante et/ou descendante, c'est qu'il est en équilibre et qu'il engage correctement.

C'est bien sûr une approche un peu simpliste, l'équilibre étant la résultante d'une bonne détente, d'une bonne souplesse, d'une bonne musculature, d'une bonne impulsion...d'une bonne éducation...

C'est en fait ça, la raison de l'évolution de la perception, on passe du rôle de spectateur qui subit au rôle d'acteur qui agit pour améliorer son confort et celui de sa monture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article